Combien de temps peut-on survivre sans dormir ?

Combien de temps peut-on survivre sans dormir ?

C’est un étudiant californien de 17 ans qui détient le record mondial de non-sommeil – ou maintien à l’état éveillé : en 1965, il décida d’observer combien de temps il tiendrait sans dormir. Au début, ses amis se relayaient pour le tenir éveillé, puis ce sont des scientifiques qui ont pris en charge l’expérience. Après quelques jours, l’étudiant était devenu irritable et légèrement paranoïaque. Il a tenu en tout 11 jours, pour enfin tomber dans un sommeil de plus de 14 heures. Bien sûr, tout le monde n’est pas en mesure de survivre aussi longtemps sans sommeil ; il est possible que certains tiennent le coup encore plus longtemps, alors que d’autres mettraient leur vie en péril après bien moins de temps. Il existe différentes façons de mourir par manque de sommeil : soit par le manque de sommeil en soi, ou bien ses répercutions.

Le manque de sommeil peut mener au décès

Il peut arriver que dans le cas de certaines maladies ou de symptômes très rares, l’être humain n’arrive plus à dormir, même s’il en a terriblement envie et besoin. Ce sont les cas qui peuvent mener à la mort, rien qu’en raison du manque de sommeil. Souvent, les victimes peuvent encore vivre des mois, voire des années après l’apparition d’une telle maladie, car le sommeil disparaît rarement totalement, mais les phases de sommeil paradoxal sont altérées ou inexistantes. L’insomnie fatale familiale (IFF) est une de ces rares maladies qui tue au travers du manque de sommeil, mais il existe également des tumeurs insolites qui peuvent avoir un impact sensible sur le sommeil, et même le rendre complètement impossible.

Les conséquences du manque de sommeil peuvent mener au décès

Cependant, si le décès d’une personne est causé par le manque de sommeil, ce n’est généralement pas en raison d’une maladie du sommeil. Il est nettement plus probable que le manque de sommeil a réduit les aptitudes motrices et cognitives d’un être humain à un point tel qu’il met la vie de celui-ci en danger. Une telle situation peut arriver déjà très peu de temps après la privation de sommeil. On s’en doute, quand on sait que « seulement » quelques nuits sans sommeil suffisent pour considérablement altérer les réactions de la plupart des gens, de telle façon que par exemple la circulation routière devient dangereuse (pour tout le monde) puisqu’on ne peut plus réagir suffisamment rapidement. Il est aussi possible que le travail sur de grosses machines devienne dangereux. Les décès sont souvent causés par ce type d’accidents : ils ne sont pas directement causés par le manque de sommeil, mais en sont la conséquence.

Incidence de la mort

Il est extrêmement rare de mourir par manque de sommeil. À l’échelle planétaire, seul un nombre à deux chiffres est touché par l’insomnie fatale familiale. Tout comme les tumeurs et autres inhibiteurs potentiels de sommeil qui sont extrêmement rares. Par conséquent, il est considéré comme pratiquement improbable qu’une personne meurt à cause du manque de sommeil seul – à moins que le décès arrive dans le cadre d’une expérience sur le sommeil. Ce n’est donc pas le manque de sommeil en soi, mais généralement ses répercutions qui mènent à la mort : le sommeil fait partie des besoins quotidiens de base chez l’être humain. Le manque de sommeil pousse souvent au si dangereux micro-sommeil, ce sommeil de quelques millisecondes qui provoque les accidents de la route, avec des conséquences fatales. Quiconque est de taille à se mesurer à ses besoins quotidiens peut d’un point de vue purement biologique peut-être tenir un certain moment, peut-être même plus de 11 jours. Mais cela augmente la probabilité de l’accident, que ce soit un accident du travail, de la circulation ou tout simplement à la maison. Et il est alors impossible de s’en sortir sans une aide médicale professionnelle.

Continuer