Qu’arrive-t-il quand on manque régulièrement de sommeil ?

À quoi mène le manque de sommeil chronique ?

La plupart des gens ne répondent pas à leur besoin naturel de sommeil parce qu’ils sont tout simplement trop impliqués dans leur vie quotidienne. Certains doivent rester éveillés longtemps en raison de leur travail, ou bien pour satisfaire d’autres exigences, tandis que d’autres n’arrivent pas à s’endormir car ils ressassent des pensées : leur esprit tourne en rond. À court terme, on peut compenser ce manque de sommeil par exemple le week-end. Néanmoins à long terme, ce manque de repos peut avoir de lourdes conséquences, voire même restreindre considérablement nos fonctions physiques.

Réduction des capacités intellectuelles

La science n’a pas encore totalement réussi à nous révéler pourquoi l’être humain a besoin de sommeil. Mais ce qui semble certain, c’est que le manque de sommeil mène à une réduction sensible des capacités intellectuelles. On a d’abord des difficultés à se concentrer sur des tâches complexes, on perd rapidement l’intérêt aux choses dès qu’il s’agit de réfléchir. Par la suite, même les tâches quotidiennes les plus simples deviennent un défi, et on s’aperçoit qu’on n’est même plus capable de gérer le quotidien. On arrive encore à écouter des conversations, mais au cas échéant, on s’aperçoit par exemple en écoutant la radio qu’on n’arrive pas vraiment à suivre.

Irritabilité

Le manque de sommeil peut créer à long terme des tensions, voire des situations agressives. Les personnes qui, bien reposées, sont ouvertes et accueillantes, deviennent après une nuit écourtée subitement irritables, agressives et pas franchement sympathiques. La saute d’humeur s’exprime d’abord envers des personnes avec lesquelles on est peu lié. Par la suite, ce comportement se manifeste envers la famille ou le partenaire, car les personnes concernées n’arrivent plus vraiment à se contrôler : ils sont à bout de nerfs.

Manque de perception

Les personnes touchées par le manque de sommeil souffrent petit à petit de manque de perception. Le manque de sommeil inhibe au début : on arrive à faire des choses qu’on n’oserait certainement jamais faire à tête reposée. Certaines personnes deviennent même cyniques, grossières ou bien agressives envers leur entourage. Il est aussi possible qu’apparaissent de légères hallucinations : on voit brièvement des choses ou des schémas qui n’existent pas, ce qui induit une certaine confusion. C’est précisément à cause de cela que le manque de sommeil est dangereux, par exemple au volant de n’importe quel moyen de locomotion, ou en relation avec des machines ou appareils lourds.

Réduction, lenteur des réactions

Les personnes atteintes de manque de sommeil n’ont pas uniquement plus de difficultés à se concentrer, elles réfléchissent effectivement plus lentement, et elles réagissent aussi nettement plus lentement aux stimulations extérieures. Un conducteur de quatre ou deux roues souffrant d’un manque de sommeil ne pourra pas réagir suffisamment rapidement au comportement du véhicule devant lui. Les réactions sont entravées chez toutes les personnes souffrant de manque de sommeil : elles n’apparaissent qu’à quelques fractions de seconde, parfois une seconde plus tard qu’après une nuit paisible. Non seulement les autres s’en aperçoivent, mais on se rend soit même bien compte qu’on est dans le coton.

Une sensation de malaise

Avec le temps, la plupart des personnes ne pouvant profiter de suffisamment de sommeil régulier se sentent mal physiquement, mais ne peuvent attribuer leurs symptômes à aucune maladie sous-jacente, et ne trouvent pas non plus de déclencheur à ce malaise. La nausée, les vertiges matinaux, les troubles digestifs, les maux de tête, voire la migraine, et bien d’autres symptômes indiquent avec  grande probabilité que le corps a besoin de sommeil. S’il n’obtient pas assez de temps pour récupérer, il répondra simplement plus sensiblement aux agressions extérieures et finira par s’assurer un malaise général. Un examen de santé chez le médecin ne va rien donner en général, car il n’existe pas de cause, de maladie physique.

Continuer